Aujourd’hui, jour de fête nationale, a eu lieu la célèbre interview du Président de la République à l’Élysée, pour dresser le bilan de l’année écoulée du quinquennat. François Hollande a donc répondu à David Pujadas et Gilles Bouleau pour cette dernière interview de son quinquennat. Que faut-il en retenir, nous vous livrons la réponse !

Un président qui plane…

Dès le début de son allocution, c’est cette impression qui prédomine. En effet, le président nous le répète à plusieurs reprises :

« J’ai tenu tous mes engagements. Je pense que ça va mieux, et j’en suis conscient. Je pense que les choix que j’ai fait sont les bons, c’est le bon cap, et il faut le suivre.

Peut-on raisonnablement être aussi convaincu que lui ? Assurément non ! D’après le site www.luipresident.fr, qui ausculte très précisément les promesses de campagne de François Hollande, seules 125 promesses de campagnes ont été tenues et plus de 50 ont été brisées. 110 sont encore en attente (sur 550 promesses passées à la loupe)… Il a donc en effet tenu tous ses engagements, à l’exception de ceux qu’il n’a pas tenus.

Ensuite, interrogé sur les impôts, on assiste à un refus de l’évidence : nos impôts sont les plus élevés d’Europe, devant même ceux du Danemark. Et le Président renchérit d’un « Non ce n’est pas vrai » sans apporter plus d’arguments pour se défendre. La Cour des Comptes a aussi enregistré une hausse de la dette encore en 2016 (2 138 Md € soit 93,5% du PIB en 2013). Encore une réponse totalement déconnectée de la réalité : « Non, ce n’est pas vrai ».

Baisse d’impôts : on verra…

Le Président de la République s’était engagé à réduire la pression sur les ménages en terme d’imposition. Interrogé sur ce point, il indique qu’une baisse d’impôts pourrait être envisageable pour 2017 si la croissance se poursuivait à la hausse (soit 1,7 %). Pour les ménages les plus faibles ne payant pas d’impôts, la question ne se pose pas : ils sont 45 % en France ! La contribution repose donc sur seulement la moitié des ménages : les riches, et les classes moyennes. Ces classes moyennes sont donc majoritaires dans les 55 % restants, nécessairement, ce mode d’imposition ne demande pas de révisions… Autant jouer à quitte ou double pour savoir si le Gouvernement fera baisser les impôts.

Réduction des dépenses publiques : coiffeur à 9 950 € mensuels…

Le Président a répondu à la principale préoccupation de la Toile en ce 14 Juillet : le coiffeur de l’Élysée est payé 9 950 € par mois ! Il indique pour se défendre avoir réduit les dépenses de l’Élysée à 100 M€ (contre 109 M€ sur le quinquennat précédent), et d’avoir fait baisser son salaire de 30 %, ce qui nous donne une rétribution de 12 696 € (selon les données Wikipédia), sans oublier les multiples avantages en nature et la retraite bien supérieure à un salarié, même celui gagnant une somme identique et ayant travaillé pendant beaucoup plus de cinq ans. Imaginez votre budget annuel de 100 M€ ! Et ce sont bien sûr les impôts qui servent à financer cette incroyable somme… On apprend également encore une bonne nouvelle : « ça va mieux » pour les dépenses publiques avec un objectif encore une fois non atteint de 55 Md € d’économies sur trois ans, mais il n’a été réalisé que 46 Md € sur les cinq ans du quinquennat…

L’Europe : donner un nouvel élan

Interrogé sur le Brexit, le Président de la République a indiqué qu’il souhaitait donner un nouveau souffle à l’Europe, notamment en renforçant la consultation des citoyens, ou plus précisément des parlements nationaux. On a bien dit « consultation ».

« De plus, la zone Euro doit disposer d’un gouvernement afin de pouvoir mieux contrôler cette zone économique.

C’est ce qu’il a affirmé. Pour cela, il va falloir apporter davantage de contributions à cette Europe bureaucratique : doublement des contributions d’ici cinq ans. Quand les politiques français comprendront-ils enfin que l’Europe que veulent les Français n’est pas cette Europe totalitaire ? Cette réponse reste pour le moment sans réponse…

Un peu de politique…

La loi Travail a été un sujet important de cette interview… François Hollande a déclaré :

« Faudrait-il renoncer alors que le peuple manifeste parce que nous ne nous sommes pas entendu ?

Je pense que cette déclaration parle d’elle-même : il vaudrait peut-être mieux donner des leçons de démocratie à ce président, qui ne sait manifestement pas rendre des comptes au peuple… Car gouverner, c’est aussi écouter. Comment écouter les autres en leur brandissant l’article 49 alinéa 3 de la Constitution, qui est qualifié de « contraire à la démocratie » par ce chef de l’État, dès qu’un projet de loi bloque ?

Ensuite, le sujet favori de la classe politique est revenu sur le tapis : le Front National. À son propos, le chef de l’État a souligné sa volonté d’endiguement :

« Je ne veux pas que la France abandonne son esprit républicain.

Je ne sais toujours pas qui est le plus anti-démocratique entre ceux qui veulent priver le débat d’un adversaire et ceux qui veulent l’ouvrir… Chacun se fera sa propre opinion.

Concernant maintenant la lutte contre le terrorisme, François Hollande a fait une déclaration qui m’a laissé perplexe :

« Le terrorisme a ses racines en Irak et en Syrie. […] Il a des ramifications en France et en Europe, mais ce n’est pas un réseau.

Si le terrorisme en Europe n’est pas un réseau, il faudra refaire une enquête sur les relations entre les terroristes du 13 Novembre et ceux qui ont frappé à Bruxelles, à moins que notre très respectable président ait manqué une conférence de presse de Bernard Cazeneuve…

Conseil au futur Président de la République

Pour clôturer en beauté cette interview, François Hollande conseille le futur Président de la République :

« Ce qui est engagé au début du quinquennat aura des conséquences même longtemps après le quinquennat.

Cette citation serait digne de figurer dans les manuels de philosophie. La dernière interview se solde par une évidence : l’inaptitude de François Hollande à diriger les Français. Cela expliquerait sans doute les 3,9 M de chômeurs et la cote de popularité à 27 %…

One thought on “14 Juillet : ce qu’il faut retenir…

  1. Une bonne analyse. J’ai ri, jaune, mais j’ai ri. Malheureusement, c’est effectivement à un homme comme lui que les Français ont décidé de faire confiance… pauvre France ! Lamentable.

    J'aime

Commentez ce contenu...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s